DA VINCI DAC

Light Harmonic

DA VINCI DAC

Les revues ont largement loué dans leurs chroniques le design du Da Vinci digne de remporter des prix, de même que ses performances, le qualifiant de « sommet absolu », « très au-dessus du lot », « bluffant », et « absolument incroyable ». 

Ils ont qualifié la musique que délivre le Da Vinci de « vivante, détaillée et pleine de naturel », « élégante et cohérente » et « d’une richesse phénoménale ».

Tout comme le fameux artiste, architecte et ingénieur de la Renaissance Leonardo da Vinci, le DAC Da Vinci représente une magnifique prestation artistique et numérique, un produit innovant par son architecture, sa conception de très haute précision, et une passion affichée pour la perfection.

Doté de quantité de technologies brevetées, le Da Vinci comporte 40 régulateurs de tension à très bas niveau de bruit, une alimentation numérique dédiée, une mémoire-tampon à trois couches, une triple calibration d’horloge et un processus d’exploitation exclusif des circuits audio. 

Parmi ses autres caractéristiques, on retiendra sa scène sonore vivante, sa cohérence musicale, sa transparence, et un niveau de bruit le plaçant comme le meilleur appareil dans sa catégorie.


La définition d’un nouveau standard de qualité:

Comme dans L’homme de Vitruve, l’illustration emblématique de Leonardo représentant la fusion parfaite de la science et de l’art, nous avons tout mis en œuvre pour que notre Da Vinci soit l’expression contemporaine de ce même idéal de la Renaissance – sous la forme de composants numériques dont la sonorité serait la plus proche qu’il est humainement possible de celle d’une source audio analogique.

Afin d’évaluer notre niveau de progrès, les ingénieurs de Light Harmonic ont mis au point un système audio analogique (non digital) servant de référence, destiné à servir de représentation correcte d’un véritable son de très haut de gamme. 

Ce système incluait une platine-disques Clearaudio, un bras de lecture SME, une cellule Koestu Rosewood, et un amplificateur phono à tubes Aesthetix. 

Nous avons alors comparé les performances du Da Vinci à ce dispositif tout au long de nos recherches et de notre processus de développement.

Ce que les DAC sont capable de faire:

Aux yeux des non-initiés, les DAC peuvent sembler mystérieux, voire inutiles. 
En effet, il faut garder en mémoire le fait que les systèmes analogiques n’en utilisent pas. Sauf que de nos jours, la musique se présente pour l’essentiel sous la forme de codes binaires sur les CD, les DVD, sur Internet, et dans une bibliothèque en expansion constante de format de fichiers tels que les mp3.

Simples en théorie, mais complexes à fabriquer, les DAC audio convertissent les codes numériques dans un format analogique ou physique, de telle sorte que ceux-ci puissent être transmis vers un amplificateur pour alimenter des haut-parleurs et être ainsi perçus par l’oreille. Les lecteurs de CD, iPods et autres lecteurs de musique numérique, cartes son d’ordinateurs et autres équivalents comportent déjà des DAC, en général sous la forme de circuits intégrés. 

Les systèmes audio de haut de gamme incluent des DAC indépendants et bien plus performants.

Les DAC reconstruisent aussi des signaux de données à partir de samples de musique, mais ceci peut introduire des erreurs qui se traduisent par du bruit de fond. 

Les filtres, le suréchantillonnage et autres technologies peuvent permettre de réduire ou d’éliminer la plus grande part de ce bruit. Mais il existe une grande variété de DAC, et de multiples technologies pour améliorer leurs performances, ce qui fait de la conception des DAC un art, tout autant qu’une science.

Comment le Da Vinci parvient à s’imposer:

Light Harmonic a conçu le Da Vinci en reprenant tout à partir de zéro, y incorporant les toutes dernières philosophies de conception, développant de nouvelles technologies et exploitant quantité de formules, et notamment celles qui suivent :

Correction LSB automatique:

A mesure que la recherche progresse, nous avons été confrontés à l’erreur d’extension LSB (ou Least Significant Bit), un problème qui concerne la plupart des DAC actuellement sur le marché. 

Le LSB est une erreur mathématique affectant les fichiers numériques codés en 16 et en 24 bit, qui génère une erreur de lecture de un à trois pour cent sur chaque note.

Da Vinci a résolu ce problème grâce à une technologie inédite et exclusive qui permet de corriger de façon automatique chaque sample de musique.

Une synchronisation de haute précision:

Dans le domaine de la conversion numérique, c’est la synchronisation d’horloge qui fait tout ! Afin de garantir que les fluctuations de vitesse ne puissent influer sur le Da Vinci et qu’il fonctionne à vitesse constante, Light Harmonic a développé une mémoire-tampon à trois couches exclusive (et brevetée) similaire à la technologie des mémoire-tampons qu’utilisent de nos jours la plupart des ordinateurs cadencés à une vitesse d’horloge élevée. 

C’est la première fois qu’une conception de ce genre se voit utilisée dans le domaine audio. 

Simultanément, notre architecture à horloge triple (3X) répartit entre trois horloges les tâches prises habituellement en compte par une horloge unique.

– l’une dédiée au signal 44,1 k audio, une seconde au signal 48 k audio, et une troisième à la transmission de signal en USB. 

Le Da Vinci utilise aussi les meilleurs horloges de type PLL à boucle sans verrouillage de phase (non-phase-locked loop), qui sont disposées au plus près de l’étage de conversion analogique. 

Des simulations informatiques de haut niveau ainsi qu’une modélisation sur des cartes à circuits imprimés garantissent des durées de transmission identiques de chaque signal audio, avec une erreur admissible maximale d’un millième de pouce (soit 2,5 millièmes de centimètre)

Pas de suréchantillonnage (de type upsampling et oversampling):

Une analyse faite par Light Harmonic montre que 99 pour cent des fabricants de DAC Audio ont recours à de l’upsampling et de l’oversampling. 

Procéder ainsi donne des résultats de mesures qui au premier abord, apparaissent impressionnants, sauf que les DAC exploitant cette formule ne sonnent jamais très juste à l’oreille. 
Nous avons même tenté, durant la phase de mises au point du Da Vinci, de concevoir le meilleur suréchantillonneur du marché, utilisant la technologie de conversion delta-sigma qui est à la pointe de ce domaine, ainsi qu’un filtre digital soigneusement réglé. 

Cela étant, les résultats n’étaient pas à la hauteur de notre système analogique de référence, et nous avons donc dû abandonner cette voie.

Au final, nous avons dû nous recaler sur les fondamentaux : la perfection bit par bit, de bout en bout, s’imposait comme une condition incontournable.

Conversion centrale:

Da Vinci s’interdit donc l’utilisation de circuits intégrés delta-sigma sur les modules de conversion digital/analogique en tant que cœur du système.

Au lieu de cela, nous nous servons d’une architecture avec des gammes de résistance de précision à faible bruit, un dispositif logique programmable complexe, des mécanismes parallèles pour assurer le cœur de la conversion, et huit régulateurs shunt locaux parmi les plus performants que nous puissions mettre au point. 

Le résultat de tout ceci : une conversion de signal de haute précision. 

Moteur jumeau (Duet Engine) développé sur mesure.
Notre moteur jumeau (Duet Engine) breveté double réellement les faibles taux d’échantillonnage, et ce sans upsampling ni oversampling numérique ni utiliser de filtres numériques. 

Au lieu de cela, c’est une interpolation analogique alignée très sophistiquée qui assure cette fonction. 
Résultat de cela : la technologie Duet Engine permet d’obtenir des aigus plus doux et élimine tout besoin de recourir à des murs entiers de filtres pour éliminer les signaux audio situés au-dessus ou en-dessous d’une fréquence donnée. 

L'amélioration est particulièrement perceptible sur l’écoute des CD. 

Une sortie analogique inédite:

Au lieu d’utiliser le principe d’une rétroaction négative, des circuits intégrés du commerce ou des amplificateurs opérationnels, nous avons mis au point un étage analogique spécifique conçu par nos services, pour aboutir à une sortie apte à satisfaire les objectifs très exigeants du Da Vinci.

Cet étage en dual-mono se compose de transistors à jonction à effet de champ (JFET) à simple polarité disposant d’une mémoire-tampon de sortie et d’une rétroaction non-négative. 
Il n’utilise aucun amplificateur opérationnel, et la mémoire-tampon présente une distorsion harmonique pour les rangs élevés bien moindre que sur d’autres concepts d’architectures.

Nous avons noté que ceci conduit à une sonorité plus naturelle, tout spécialement dans le spectre des hautes fréquences, même si par ailleurs, cela offre dans le même temps des résultats de mesures impressionnants.

Un châssis à six éléments en aluminium:

Aussi solide qu’une brique, le Da Vinci est équipé du châssis le mieux conçu de tout le marché. 

Il est constitué à partir de blocs d’aluminium forgé CNC du type 6061-T6 de qualité aéronautique, qui se caractérise par une stabilité thermique exceptionnelle et une maîtrisedes résonances vibratoires, tout en offrant une protection contre les interférences radio et électromagnétiques. 

Des matériaux d’amortissement spécifiques placés entre les six couches du châssis permettent de minimiser les vibrations internes, et le poids de 28 kg du Da Vinci, associé à son profil exclusif, éliminent de façon efficace les vibrations issues de sources externes. 

Alimentation isolée à plusieurs étages

Le design exclusif du Da Vinci rehausse encore son design extérieur, et permet dans le même temps d’isoler aussi entre elles ses alimentations et de prévenir toute surchauffe.

Les alimentations, situées dans la partie inférieure du châssis en deux éléments, gèrent l’ensemble des conversions analogique/digital, l’affichage et les commandes de l’appareil, ainsi que les horloges. 

La partie basse du châssis constitue aussi un puits de chaleur à la forme exclusive, qui garantit le fonctionnement du Da Vinci dans les limites de tolérances de température. 

Afin de minimiser les bruits parasites issus du courant alternatif et d’intermodulation, le Da Vinci dispose de plus de 40 régulateurs de grande qualité, notamment : 8 shunts en composants discrets implantés dans le premier module de conversion numérique, 3 régulateurs de bruit nano-volts dans le circuit d’alimentation des horloges, 5 régulateurs de haute précision dans le module USB, et 8 régulateurs shunt en composants discrets à courant élevé sur chaque canal de la sortie analogique et de la mémoire-tampon. 
Un transformateur à noyau en R minimise de façon radicale les interférences de type électromagnétique.

Conclusion:

Le Da Vinci constitue l’aboutissement de milliers d’heures de travail de recherches et développement par nos ingénieurs et nos designers, dans le but de concevoir le convertisseur digital/analogique le meilleur au monde. 

Comme il est mentionné plus haut, le résultat de tout ceci a été qualifié de « remarquable », « impressionnant », et « très au-dessus du lot ».

Lorsque nous nous sommes attelés à concevoir le Da Vinci, nous souhaitions que sa signature audio soit aussi proche que possible de celle d’une source analogique. 

Nous pensons sincèrement avoir atteint notre objectif, et nous vous l’offrons aujourd’hui.

Caractéristiques

  • Type : convertisseur digital / analogique (DAC).
  • Options de finition :en standard : noir. Amélioré : argent.
  • Dimensions (L x P x H) : 47 x 47 x 20.
  • Poids :28 kg.
  • Type de conversion : architecture bit-perfect R2R avec mémoire-tampon 3 couches brevetée.
  • Sorties analogiques : niveaux de sortie : 2,05 V rms en asymétrique ; 4,1 V rms en symétrique.
  • Sorties symétriques : une paire stéréo sur connecteur mâle XLR à 3 broches (signal actif sur la broche 2).
  • Entrées numériques : 1 entrée USB 2.0 asynchrone AES/EBU sur connecteur XLR femelle à 3 broches.
  • Accepte jusqu’à 32 bit PCM, à 44,1 ; 48 ; 88,2 ; 96 ; 176,4 ; 192 ; 192 ; 352,8 ; 384 K S/s.
  • 1 entrée asynchrone SDPIF sur connecteurs phono RCA. 
  • Accepte jusqu’à 24 bit PCM, à 44,1 ; 48 ; 88,2 ; 96 ; 176,4 ; 192 ; 192 K S/s.
  • Fréquences d’horloge : 3 horloges en architecture sans PLL. TCXO avec – 166 dBc/Hz à 10 MHz. 45,1584 MHz sur les modes 44,1, 88,2, 176,4, 352,8 K. 49,152 MHz sur les modes 48, 96, 192 et 384. 13 MHz pour l’interface USB.
  • Distorsion harmonique totale + bruit (non pondérée) : meilleure que 0,0018 %.
  • Autocorrection LSB : toujours en fonction.
  • Niveau de bruit résiduel (pondéré-A) :meilleur que – 125 dB, de 20 Hz à 20 kHz.
  • Séparation des canaux (cross talk) : – 142 dBFS, à 10 kHz.
  • Filtrage : pas de filtres digitaux.
  • Filtrage analogique (commutable par l’utilisateur) : – 3 dB, à 100 kHz.
  • Alimentation : préréglée en usine: de 115 à 120 V, ou de 220 à 230 V alternatifs, en 49 à 62 Hz.
  • Consommation : 2 watts en veille, et 58 Watts maximum en fonctionnement.

Notice d'utilisation français/anglais